Pour une navigation optimisée sur le site www.irp-auto.com, nous vous invitons à télécharger la dernière version du navigateur.

Formulaire de recherche

Le groupe de protection sociale des professionnels des services de l'automobile, du cycle et du motocycle

-A A +A
Partager

Retraite complémentaire : Un nouvel accord signé le 30 Octobre 2015.

Retraite Retraite

A l’issue de plusieurs mois de négociations visant à assurer l’avenir des régimes de retraite complémentaire, les partenaires sociaux ont abouti à un accord le 30 octobre 2015. Il vise à consolider les régimes de retraite complémentaire et à mettre en œuvre des réformes de nature à améliorer le niveau de qualité et de service rendu aux salariés, retraités et employeurs. Outre un nouveau plan d’économies important sur les coûts de gestion (6,1Md€ d’économies annoncées d’ici à 2020), de nouvelles mesures seront progressivement mises en place et toucheront toutes les parties prenantes : entreprises, actifs et retraités.

IRP AUTO - Nouvel accord retraite complémentaire

Les mesures mises en œuvre en 2016

-   Pour les entreprises : le taux d’appel des cotisations sera maintenu à 125 % pendant 3 ans.

-   Pour les actifs : le prix d’achat du point sera un peu plus cher pendant 3 ans, 2016-2018 (taux d’évolution du salaire moyen majoré de 2%).

-   Pour les retraités : la revalorisation des retraites complémentaires sera moindre pendant 3 ans, 2016-2018 (taux d’inflation moins 1 point sans toutefois que le taux d’indexation puisse être négatif) et la date de revalorisation décalée au 1er novembre au lieu du 1er avril.

A partir de 2019, des mesures complémentaires et un régime unifié

-   Pour les entreprises : le taux d’appel des cotisations passera à 127 %.

-   Pour les actifs : un dispositif de majoration/minoration sera mis en œuvre pour les générations nées à partir de 1957.

-   Un régime unifié pour tous : il reprendra l’ensemble des droits et obligations de l’Agirc et de l’Arrco à l’égard de leurs ressortissants. Outre les économies générées par la création d’un seul régime, il contribuera à donner une meilleure lisibilité de la retraite complémentaire aux salariés et aux entreprises.

Des dispositions particulières pour les personnes nées à partir de 1957

A partir de 2019, les personnes nées en 1957 ou après cette date et qui remplissent les conditions pour obtenir une retraite du régime de base au taux plein sont concernées par les dispositions suivantes :

-   Une minoration de 10 % de la retraite complémentaire pendant les 3 premières années de la retraite et au maximum jusqu’à 67 ans, en application d’un coefficient de solidarité ;
A noter : Cette minoration ne s’appliquera pas aux retraités exonérés de CSG, et en cas d’exonération partielle, la minoration sera réduite de moitié (5%).

-   Pas de minoration de leur retraite complémentaire pour les personnes qui décaleront leur départ à la retraite complémentaire d’un an au-delà des conditions d’obtention du taux plein ;

-   Une majoration de leur retraite complémentaire de 10 %, 20% ou 30% pendant 1 an pour les personnes qui décaleront leur départ à la retraite respectivement de 2 ans, 3 ans ou 4 ans. Ce décalage permet de générer tout au long de la poursuite de l’activité des points de retraite supplémentaires ainsi qu’une surcote au régime de base : le montant global de la retraite sera plus important.

Exemples :

Anne est née le 1er mai 1957. Elle remplit les conditions de départ à la retraite au taux plein auprès du régime de base le 1er mai 2019. Le montant de sa retraite serait de 1600 € / mois : retraite de base 1100 € + retraite Arrco 500 €.

 

Quels sont ses choix ?

1 – Anne souhaite continuer à travailler et partir avec 100% de ses droits, donc au 1er mai 2020 :

• Sa retraite globale sera de 1665 € / mois* (points de retraite complémentaire supplémentaires obtenus pendant l’année de poursuite d’activité + surcote de 5 % de sa retraite de base), soit un gain de 780 euros / an.

 

2 – Anne souhaite continuer à travailler et partir avec une retraite plus confortable :

• Si elle part au 1er mai 2021 : sa retraite globale sera de 1782 € / mois* pendant 1 an puis 1730 € / mois* (retraite complémentaire + 10 % pendant 1 an + acquisition de points supplémentaires + surcote de 10 % de sa retraite de base), soit un gain de 1560 € / an + 624 € pendant 1 an.
• Si elle part au 1er mai 2022 : sa retraite globale sera de 1901 € / mois* pendant 1 an puis 1795 € / mois* soit un gain de 2340 € / an + 1272 € pendant 1 an.
• Si elle part au 1er mai 2023 : sa retraite globale sera de 2022 € / mois* pendant 1 an puis 1860 € / mois* soit un gain de 3120€ / an + 1944 € pendant 1 an.

 

3 – Anne décide de partir au 1er mai 2019 à la date de son taux plein au régime de base :

• sa retraite globale s’élèvera pendant 3 ans à 1550 € / mois soit une perte de 50 € / mois. Au 1er mai 2022, elle récupérera 100 % de ses droits soit 1600 € / mois.

 

* à condition de n’avoir fait liquider aucune retraite. Sur la base d’une hypothèse de 100 points par an.

 

Pour évaluer les impacts de ces mesures, nous vous invitons à vous munir de votre Relevé Individuel de Situation (RIS) ou votre Estimation Indicative Globale (EIG) et d'effectuer une simulation à l’aide de l’outil mis à votre disposition.